Chocolat et raisin sec

C’est pas facile de s’identifier à autre chose que ses sentiments. Sans pour autant les refouler, c’est bien, je pense, de pouvoir les voir comme des masques, et des rôles et de redécouvrir l’acteur qui se fend la poire à tous les jouer, en dessous.

Je me concentre (autant que je peux) sur ce qui me plait. Et relève ainsi mes souhaits, ce qui me fait rire, ce qui m’amuse, afin de nourrir le moins possible les mauvais rôles, ceux qui ne me font pas rire, qui ne m’amuseront que dans dix ans, quand j’y repenserai.

Le chocolat a ce pouvoir, de concentrer les bonnes choses. Comme les noisettes, le caramel et le beurre salé, les oranges, et parfois la vanille.

Puis parfois, tu manges un cookie, et c’est pas des pépites de chocolat, c’est du raisin. Et même si au fond, tu aimes le raisin, c’est le chocolat que tu voulais.

Mais si tu te détaches de ce désir non comblé, alors tu peux apprécier le raisin, à sa juste valeur.

La vie, c’est comme un cookie
Le raisin de tes mauvais rôles se goûte avec autant de plaisir que le chocolat de tes plaisirs, quand tu apprends comment l’aimer

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s