Garde robe et capuchon

Il neige des pensées abstraites
Précises, mais sans fond
Elles couchent sur mon champ de vision
Forment une épaisse misère

Un mélange informe
Une équation sans inconnue
Et pourtant non résolue

Je dors au fond du placard
Il fait sombre, et noir
Parfois la porte s’ouvre
La poussière me recouvre

J’suis pas un de ces stylos
Qu’on ressort tous les soirs
Juste un vieux polo
Trop grand pour le tiroir

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s