lesgrandesmains:

Il faut arrêter d’en attendre trop des autres, de remettre mon sourire et ma légèreté entre leurs mains, les autres sont humains, les autres sont fragiles, ils peuvent être aussi bancales et maladroits que moi, ils ont, eux aussi, leurs propres plaies à recoudre. Les autres ne sont pas infaillibles, je ne peux pas leur demander d’être présents pour moi toujours, je ne peux pas espérer d’eux qu’ils me réparent, qu’ils comblent le vide dans lequel je me noie – je le sais, mais il faut le répéter, encore et encore : je dois arrêter de dépendre des autres. Il faut arrêter de me nourrir d’angoisse quand j’ai l’impression que l’on se détourne de moi, il ne faut pas oublier les mots de ceux qui disent que je suis belle, que je suis intelligente, que je suis intéressante, que je suis désirable, que je suis agréable, qu’ils aiment passer du temps avec moi : ils ne le disent pas pour me faire plaisir, ils le disent parce qu’ils le pensent, point final. Je suis humaine, j’ai mes failles, mes terreurs, mes angoisses immenses, mes défauts, je suis humaine et je suis belle, je suis humaine et je suis grande, je suis humaine et je mérite les humains merveilleux qui gravitent autour de moi, je mérite le soleil sur ma peau, je mérite les instants qui font battre le cœur très fort, je mérite l’insouciance et les secondes de bonheur vrai. Il faut arrêter de nourrir le monstre qui gronde à l’intérieur de moi, le museler, l’affamer, le laisser crever en silence et vivre l’instant présent, une bonne fois pour toute, sans penser aux regrets, aux mots qu’on aurait pu dire, aux gestes qu’on aurait pu faire. Il faut arrêter de tout bloquer dedans.

L’avenir est à la douceur

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s