De toi à moi.

Dans le salon, sur un doux air de
jazz, j’arrose ma mélancolie. Les notes de piano soulignent les frissons que me donne chaque gorgée de cette chaude liqueur que je
porte à mes lèvres, mécaniquement.
Les yeux fermés, dans un
mouvement de recul contre le dossier de mon siège, je pose mon
regard vers l’infini. Une main sur la cuisse, et la droite qui
s’éloigne du verre pour aller rencontrer le haut de ma tête.
Passant du bord droit du front à l’arrière de mon crâne. Soulevant
sur son passage une partie de mes cheveux. Et ainsi je la repose, le
long de ma nuque, en me massant doucement.

Je rouvre les yeux et vois dehors,
le ciel qui couvre ses derniers rayons de soleil, dans un drap de
nuage orangé. Il doit être neuf heure, peut être moins. Le plafond
que je m’obstine à dévisager n’a pas plus d’idée. De réponse à
mes questions. Qui suis-je ? Où vais-je ?

Après avoir remplis mon verre une
troisième fois, je décide de m’emparer du divan, parallèle à la
fenêtre. Perpendiculaire au dernier rayon rebelle, visible, pour
encore quelques minutes, peut être. Je m’allonge, contre le dossier
et la tête appuyée sur un groupe de coussins plus qu’imposants, en
posant le verre sur mon ventre. La vie n’est pas une énigme, juste
un tas d’enquêtes que je ne souhaite pas résoudre. Comment trouver
de la joie dans un travail qui débute à huit heure, et fini à
seize ? Comment occuper ses journées quand après le travail on
n’attends qu’une chose, se reposer ? J’ai plutôt le gout des
questions absurdes. Celles que tu ne te poses qu’au bord d’un verre,
noyé dans une mélancolie de milieu de semaine, aussi incertaine que
passagère.

Comment regarder le temps passer
sans devoir le payer ? Comment tomber amoureux sans tomber ? Comment
lécher son assiette dans un grand restaurant sans se faire dévisager
? Qui de l’enfant ou l’adulte cours le plus vite vers la balançoire
? Quand on grandit, est-ce que le père noël croit encore en nous ?

Tait-toi, me répond le silence, que
j’écoute attentivement quand il passe au dessus du jazz. Le verre
vide se pose de lui même sur le carrelage épais et froid qui
compose le sol de mon salon. Et si je … Non, c’est idiot. Je ferme
les yeux à nouveau, à défaut des rideaux.

La sieste de cette après midi
m’empêchera de m’endormir, j’en suis conscient. Cependant, je garde
espoir, me passant la main dans les cheveux une seconde fois,  pour
ensuite y poser ma tête.

“Je te trouve vraiment beau quand
tu somnoles ”, lance doucement une voix s’éloignant vers la
cuisine.

Cette liqueur ne me réussi pas. Et
moi qui m’était promis de ne pas trop boire, je commence à entendre
des voix. J’atteins ce soir un nouveau niveau, c’est certain.
J’entrouvre les yeux, pour jeter un œil à la musique et le temps
qu’il me reste avant de me porter vers un véritable lit.

“Ça te dis qu’on aille se
promener maintenant qu’il fait un peu plus frais dehors ?” sort de
la cuisine sur le même air de douceur que la première voix. Cette
fois je me relève, surpris et un peu inquiet.

Une femme sort alors de la cuisine
et rejoins le salon. Alors qu’elle enfile ses chaussures, et tourne
sa tête vers moi, attendant une réponse. Je m’assieds d’un bond et
tente de lui demander ce qu’elle fait là.

“Je …
— Pense que ça
serait une très bonne idée ”, coupe-t-elle, un sourire au bord
des lèvres, avant que je ne puisse terminer ma phrase. Je suis
complètement perdu.

“Écoute, je ne …
— Allez,
on ne s’est plus baladé depuis deux semaines “, réplique-t-elle,
avec un air irrésistible de détresse maladroitement jouée. Elle
avait des yeux noisettes, et les cheveux attachés de façon
sophistiquée. Elle portait une robe légère à motif et à
bretelle. Cintrée au dessus du nombril pour laisser le reste du
tissu voler jusqu’en dessous des genoux.

Alors que je tentais de comprendre
ce qui était en train d’arriver. Elle me pris par la main

“Puisque tu ne te décides pas, je
décide pour toi ”, me dit-elle en m’emmenant dehors.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s