Laissez moi tomber en ruine. Comme une vieille église.
Laissez grimper le lierre tout le long de ma façade. J’éteindrai les lumières à la nuit tombée pour laisser entrer les lutins, les fées, et autres mangeurs de champignons.
J’abriterai les réunions de ceux qui cherche un refuge, pour penser pour réfléchir. Quand ils ne savent où aller.

Je filtrerai le soleil pour ne pas abîmer votre peau. Peau que je ne pourrai m’empêcher de toucher, corps contre briques, nues et brutes. De mes draps je couvrirai vos amours passagères visant à vous garder libre.

Laissez moi sombrer. Comme un bateau au fond de l’eau.
Et ainsi devenir un trésor. Au fond de l’eau comme derniers décor.

Laissez moi pour mort. Même si j’ai tort

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s