6 lignes – Jour 45

amorcepour6lignes:

En chemin, on s’attendait au pire.

En chemin, on s’attendait au pire. Sans parler de la météo, on pouvait lire sur son visage une tempête en attente. Un barrage prêt à céder et laissant sa tristesse fondre en torrent sur des illusions brisées, habitations de la vallée en aval. Chacun d’entre nous pouvait imaginer ce qu’il était en train de vivre, et c’est pourquoi nous savions que nous n’avions aucune chance de pouvoir l’aider à le détourner de ce chagrin qu’il était seul à pouvoir prendre en main.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s