6 lignes – Jour 53

amorcepour6lignes:

Je montais au second étage.

Je montais au second étage. D’un pas lourd mais pressé, je faisais craquer les planches de bois menant à la chambre du vieil homme. Il était plus que temps de partir et pourtant, aucun signe de vie de sa part. Je lui avais donné rendez-vous aux aurores, et son absence m’avait alarmé. Il n’était pas du genre à arriver en avance, mais tout de même. Devant sa porte entrouverte, j’imaginais déjà le pire, jusqu’à ce qu’il trahisse le silence d’un extraordinaire ronflement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s