ferrasufe:

Je manque parfois de motivation

Et j’ai l’impression que c’est une maladie

Qui court parmi notre génération

Qui détruit graduellement nos vies.

Comment faisait-on avant,

Pour se lever le matin ?

Comment ferra-t-on demain

Si on aime plus les festins

Si on ne goûte plus le vin

Si on ne rien plus de rien ?

Je me pose souvent la question,

Mais personne n’y répond.

C’est vrai ça, mais où est donc la motivation ?

Quand parfois elle nous répond :
“Je ne viendrai pas je suis au lit,
Attends Demain, qu’il soit fécond”
Et moi gisant, le cœur trahi :

“Que faire en t’attendant ?
Je rate le train ?
Je trompe le vide, le rien ?
Mais à quelle fin ?
Si ce n’est la mienne.”

Et quand le vide s’anime enfin,
Ce qui était supplice au premier abord
Nous révèle derrière un miroir sans tain
L’harmonie d’un nouvel accord.

Derrière le silence d’un instant donné, si tant est qu’il est respecté,
Il est possible de trouver pour celui ou celle qui cesse de chercher,
Ce qui donne corps à certains arts, l’œuvre de la spontanéité.

De quoi se traîner encore quelques journées, j’espère,
Avant de se poser à nouveau la question.
Car à vrai dire, j’ai peur à penser et parfois désespère,
Qu’elle n’est qu’attendue illusion, cette pauvre motivation.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s