6 lignes – Jour 67

amorcepour6lignes:

J’entendis sa voix.

J’entendis sa voix. A travers la brume, un simple écho. Son timbre était chaleureux comme celui qui appelle au repas quand celui ci est à servi. Des cris autour de moi continuaient à envahir l’espace avant de se fondre dans un bourdonnement indissociable. Seule restait cette voix, douce, familière. Le champ qui servit de lieu pour la bataille fut semé d’une triple poignée d’homme de chaque coté. Et quand mon dernier souffle vint, il n’en restait guère plus.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s