6 lignes – Jour 68

amorcepour6lignes:

Ca fait peur, non ?

Ça fait peur non ? Quand j’écoute les discussions des personnes âgées, j’ai l’impression qu’en plus de vieillir, ils dégénèrent. Dans le sens péjoratif du terme. Ils attrapent cette maladie, loin d’être rare, et visiblement contagieuse : Maman va mieux ? Maman tient le coup ? Ou encore le plus sournois :
tu vas bien ? J’entends que ce n’est pas la forme pour maman. A un certain age, ils commencent a oublier qu’il existe un chemin, eux n’en voient plus que le bout.

Et comme leur bout à eux leur fait peur, ils se concentrent sur celui des autres. Et quand les autres en ont marre, et qu’ils ne leur répondent plus, ou que la réponse est toujours la même, ils décident de creuser et passe à la prochaine victime. Vampire d’une émotion schizophrène, la sympathie. Ils te mordent dans le cou dans les “fêtes de famille”, dissimulant leurs sombres desseins derrière des Que tu as grandi ! Mais je ne suis pas dupe de leur propre inconscience.

En réfléchissant à tout ça, tu vas peut-être t’apercevoir que
tu ne souhaites pas prendre le temps de me parler de tes aventures au
pays des merveilles, et encore moins de me les écrire. Tu comprendras
donc que de mon coté, je préfère économiser ma sympathie. Cesse de te
croire obligé d’user de la tienne en demandant faussement de mes
nouvelles juste pour avoir ta dose. Les mauvaises nouvelles, tu les
cherches comme un drogué sans sa came.

Rends moi service. Rends toi service. Vis. Selon une croyance populaire, on en a qu’une, de vie. Je ne compte pas passer la mienne à répondre à cette seule et unique question qui finit par rimer comme un Alors, elle est encore en vie ?. Moi, je rêverais que tu me donnes de tes nouvelles. Que tu me dises que tu viens de faire le tour du monde ou que le dernier livre que tu as lu t’a ému. Seulement, pour ça, il faudrait que tu commencer à penser à t’émerveiller.

Je ne souhaite pas faire des nouvelles fâcheuses qui touches tout le
monde un tabou. Mort sous tous ses drapeaux, maladie, accident, le temps
qui passe. Seulement là, c’est incroyable. On ne se parle jamais, et
c’est pourtant la seule chose que tu es capable de me demander. Toi qui
vieillis, toi qui as peur, toi qui peut-être ne sais plus quoi dire ou
n’as peut-être jamais su. Peut être que tu n’as rien à dire ? Ou rien à
moi. Peut-être que tu avais juste besoin de me lire.

Il n’y a plus d’âge pour être vieux. Quand tu commences à plus
te préoccuper de la mort que de la vie, c’est certain, t’es touché.
Néanmoins, rien n’est trop tard. Il est toujours temps de changer de
cap. Direction les beaux projets, les petites joies du quotidien, les
grandes nouvelles. Mais surtout, il est temps de regarder en face la
mort, car tu sais qu’elle viendra. Mais plutôt que l’inviter chaque jour
à table pour discuter, commence à lui montrer comment est ta vie.

D’ici à ta prochaine rechute, prends soin de toi, manifestement c’est vital,
Bisous
Ton neveu

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s