6 lignes – Jour 80

amorcepour6lignes:

Il n’avait pas dix-huit ans.

Il n’avait pas dix-huit ans. Il rêvait de grands jardins au milieu des bois. De ceux qui sont plafonnés par des nuages de coton se laissant traverser d’un bleu horizon. Dont les pelouses sauvages, tapissées de trèfles par endroit, se dérobent entre les haies taillées à la sauvette par les paresseux jardiniers d’un roi. Au centre de cette idylle, il trouverait une prairie. Même sans préférence entre chrysanthèmes et pissenlits, ses moutons et lui connaîtraient la belle vie.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s