Fantôme

Ses bottes, son pantalon, ses gants, même ses sous-vêtement en sont remplis. Des plages d’Ismeer au sud du continent d’Or jusqu’aux première forêt du Val Aeto, le sable a tout envahi.

Serano ne sent plus ses membres. Face contre terre, sa bouche qu’il laisse grande ouverte ne semble plus lui appartenir et sert, tant bien que mal, de premier couloir pour l’air que son corps continue à demander.

La chaleur du jour se grave sur ses lèvres qu’il peine à garder humide. Il a vidé les dernières gouttes de sa gourde il y a deux jours déjà.

Demain, il n’aura plus besoin de se préoccuper ni du sable, ni de marcher, ni de l’eau, et encore moins de l’air. Demain, il dansera avec Ceux des Sables.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s