Et toi, qu’aurais-tu fais à ma place ?

“Pardonnez mon arrogance, mais, ne devriez-vous pas dire Je vous en supplie, laissez moi la vie sauve ? Car si les dieux décidaient de vous épargner et moi non, nous nous retrouverions devant un sacré dilemme. Je serais projeté dans le rôle du juge, face à la volonté des dieux et la mienne.

Autant vous dire tout de suite, je serais très loin d’être objectif dans cette situation. Alors que si dès le départ, vous appeliez à ma magnanimité. Là, je serais capable de faire quelque chose.”

Le petit homme au bout de la pointe de l’épée perlait comme la rosée du matin, à la différence très nette qu’il ne transpirait de lui aucun signe serein. “Je vous en supplie, laissez moi en vie” tenta-il en essayant de prononcer au mieux chaque syllabe.

“Voilà qui est mieux. Mais encore perfectible. Vous voyez, je crois que.. Je crois si je vous laissais simplement en vie, il me serait tout à fait possible de vous sectionner un membre, de vous rendre aveugle ou encore muet. Hors, et je peux me tromper, je pense qu’il est dans votre meilleur intérêt de me demander de garder la vie sauve. Ne croyez vous pas ?”

Les yeux du petits homme s’ouvrèrent en grand, comme si il venait de réaliser à quel point sa vie n’avait, pour le bandit à qui il avait affaire, aucune valeur. Son visage se durcit et il cria de colère, “Mais vous êtes dingue. Que Saor vous emporte ! Horreur que vous êtes, vous pouvez bien m’ôter la vie, je ne …” et il n’eut pas le temps de réagir que le bandit lui transperça la gorge. Ce qui ne laissa du reste de la phrase qu’un son de gargouillis ignoble.

“Pardonnez moi, mais, je ne suis pas certain de vous comprendre. Vous m’avez dit Otez moi la vie, et puis j’ai bien peur d’avoir perdu le reste. Pourriez-vous, puisque nous sommes entre bonshommes de bonne tenue, faire l’effort d’articuler un peu. Quelqu’un l’a compris ?”

Le bandit, qui tenait le corps inerte du petit homme d’une main, regarda autour de lui, donnant l’air de s’adresser à une foule.

“Je vois que nous ne pouvons plus discuter. Et bien, soyons honnête, ça n’arrive pas souvent, néanmoins aujourd’hui, je vais vous laisser continuer votre route sans vous prendre votre or. Oui, je sais, je suis généreux. Mais que voulez vous, c’est dans ma nature.”

________________________________
Ce texte en format audio => Soundcloud

Mes autres textes du défi en formats audio => Soundcloud

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s