7 Août 2013

Je suis dans un supermarché, encore et
toujours le même. Je fais donc un tour des rayons, je suis avec mon
petit frère et ma mère. Une envie de bondir partout me vient, alors
je m’éxécute. Je fais des bonds de quelque mètres tout de même.
Personne n’y prête attention, mais cela agasse mon petit frère qui
demande à ma mère de me faire arrêter. Requête à laquelle elle
ne répond pas. Je continue donc jusqu’à ce qu’un gars du
supermarché me fasse la remarqué : Arrêter de bondir ainsi ! Je me
retourne vers lui, et lui demande naïvement de répéter.
Bizarrement, c’est comme s’il avait oublié ce qu’il venait de me
dire, et qu’il était passé à autre chose, me laissant ainsi bondir
à mon aise. Je continue donc mon chemin. J’étais en quête de pate
à tartiner au noisettes (aussi dit par moi : Choco). Sur ma route je
croise une fille qui parle fort, et qui à l’air de le faire toute
seule. Cheveux longs blonds attachés, moyenne de taille, elle est
assez mignonne. Soudain elle s’adresse à moi. Et me dit quelque
chose, je n’ai pas retenu quoi, sinon que ça n’avait aucun sens.
Mais qui pourtant nous a fait rire tous les deux. Je repars en quête
de choco toujours en bondissant.

Réveil

27 Juillet 2013

J’entre dans la chambre, elle est
allongé sur quelqu’un, et elle l’embrasse. Ils sont habillés et
emballés dans une couverture. Enfin, elle prête attention à ma
présence, surprise, elle tombe subitement par terre. Elle ne bouge
plus. Je réfléchis quelques instants. N’importe quel homme jaloux
aurait explosé de colère, et avancé de stupidités en stupidités.
Non, moi je la prends dans mes bras, et la redépose dans le lit,
avec cette personne avec qui elle était deux minutes plutôt. Elle
tourne la tête vers lui, car vers moi elle n’y arrives pas. Toujours
paisible, je lui glisse un baiser sur le front et lui dis adieu. Et
enfin je desserre mon étreinte pour m’en aller. Mais je ne peux
pas, cette fois c’est elle qui m’en empêche et me tient. Elle reste
silencieuse, pose sa tête contre moi, et sert encore.
Réveil